Trésorerie de Départ : calcul et financement

By Théo

La trésorerie de départ représente bien plus qu’un simple chiffre dans votre plan financier. Elle est le reflet de votre préparation et de votre stratégie pour affronter les premiers mois d’activité. Découvrez les outils pour vous aider et comment la calculer dans cet article.

La trésorerie de départ, qu’est-ce que c’est ?

La trésorerie : définition

La trésorerie désigne l’ensemble des liquidités disponibles immédiatement pour une entreprise, c’est-à-dire l’argent en caisse et sur les comptes bancaires. Elle représente les fonds qu’une entreprise peut utiliser à tout moment pour régler ses dépenses courantes, comme payer ses fournisseurs, rembourser des dettes ou investir. En somme, la trésorerie est l’argent dont dispose l’entreprise pour assurer son fonctionnement quotidien et faire face à ses obligations financières à court terme. La gestion de la trésorerie est donc un élément très important.

La trésorerie de départ : définition et explication

La trésorerie de départ, aussi connue sous le nom de fonds de caisse initial, représente la somme d’argent disponible qu’une entreprise possède au début de son activité ou à l’entame d’une nouvelle période comptable.

Cette trésorerie est très importante ! Elle sert à couvrir les premières dépenses opérationnelles telles que les achats de matières premières, les salaires, les loyers, et d’autres coûts fixes ou variables nécessaires au démarrage ou à la continuation des opérations.

La trésorerie de départ est souvent financée par :

  • le capital apporté par les fondateurs,
  • les investisseurs,
  • ou par des prêts bancaires initiaux.

Gérer efficacement cette trésorerie est fondamental pour éviter les problèmes de liquidité précoces et soutenir le développement initial de l’entreprise.

dessin en vecteurs d'un homme et une femme présentant la trésorerie de départ d'une entreprise

Les outils de gestion de trésorerie : l’indispensable

Pour s’assurer une bonne trésorerie de départ, des outils sont à votre disposition pour vous aider. Voici les 5 principaux :

Le budget prévisionnel

Le budget prévisionnel est essentiel pour anticiper les flux financiers et garantir que les objectifs fixés sont réalisables et équilibrés du point de vue de la trésorerie de l’entreprise.

C’est un outil de suivi vital qui aide à :

  • identifier les différences entre les résultats attendus et réels,
  • évaluer les effets des décisions et des stratégies adoptées,
  • effectuer les ajustements nécessaires via des actions correctives,
  • analyser l’efficacité de ces mesures et les possibilités d’amélioration.

Le tableau de financement

Utilisé principalement pour les projets spécifiques, le tableau de financement résume toutes les sources de financement et les dépenses associées au projet. Il assure le suivi financier du projet en planifiant les entrées et sorties de fonds.

Le plan de trésorerie

Ce document détaille la stratégie du dirigeant pour la gestion de la trésorerie de l’entreprise, incluant la vision à long terme et les objectifs opérationnels, accompagnés d’un tableau explicatif des flux de trésorerie.

Le tableau de trésorerie

Faisant partie du budget prévisionnel, ce tableau offre une vue d’ensemble des flux principaux de trésorerie, facilitant la prévision et l’anticipation du solde de trésorerie net à chaque période (jour, semaine, mois, trimestre).

Le logiciel de gestion de trésorerie et finance

L’utilisation d’un logiciel de gestion de trésorerie est recommandée pour :

  • centraliser toutes les informations financières, y compris la facturation, la comptabilité, les achats et dépenses, la gestion des stocks, ainsi que les transactions avec clients et fournisseurs,
  • effectuer un rapprochement bancaire et identifier les écarts,
  • obtenir une vision consolidée de la trésorerie à travers un tableau de bord analytique.

N’hésitez pas à utiliser un outil de gestion de trésorerie pour vous aider ! Karlia est un outil de trésorerie complet pour votre entreprise ! Améliorez votre gestion dès aujourd’hui !

Vous l’aurez compris, la trésorerie de départ est très importante pour une entreprise. Mais comment la calculer ?

Calculer la trésorerie de départ

Les dépenses à inclure dans le calcul de trésorerie

Lorsqu’on calcule la trésorerie d’une entreprise, il est important de considérer toutes les dépenses qui affectent directement sa liquidité. Voici les catégories principales de dépenses à inclure :

  • Dépenses opérationnelles : Cela inclut tous les coûts associés à l’exploitation quotidienne de l’entreprise, tels que les salaires, les achats de matières premières, le loyer, les factures d’électricité, de gaz, d’eau, les frais de marketing et de publicité, les assurances, etc.
  • Dépenses d’investissement : Il s’agit des achats d’actifs à long terme qui sont nécessaires pour l’entreprise, mais qui ne sont pas consommés dans l’exploitation quotidienne. Cela inclut l’achat d’équipements, de véhicules, de terrains, de bâtiments, ou les améliorations apportées aux actifs existants.
  • Dépenses de financement : Ces dépenses comprennent les paiements d’intérêts sur les dettes, les remboursements de principal des emprunts, et les distributions de dividendes aux actionnaires. Bien que certaines de ces dépenses puissent sembler optionnelles, comme les dividendes, elles sont souvent prévues et donc essentielles à considérer pour le calcul de la trésorerie.
  • Impôts : Cela comprend toutes les formes de taxes payées par l’entreprise, telles que les impôts sur les bénéfices, les contributions sociales, et autres taxes spécifiques à l’industrie.
dessin d'un homme et une femme en train de calculer la trésorerie de départ d'une entreprise

Calculer la trésorerie de départ d’activité

Calculer la trésorerie de départ d’une activité est une étape essentielle dans la planification financière d’une entreprise. Elle consiste à estimer la somme d’argent dont vous aurez besoin pour couvrir toutes vos dépenses avant que l’entreprise commence réellement à générer des revenus. Voici les étapes pour calculer votre trésorerie de départ :

  • Identifiez vos besoins en fonds de roulement : cela comprend tout ce dont vous aurez besoin pour lancer votre activité avant de commencer à recevoir des paiements de vos clients. Cela peut inclure le stock initial, les loyers, les salaires, les frais de marketing, etc.
  • Établissez un budget prévisionnel : listez toutes les dépenses prévues pour le démarrage de votre entreprise. Cela peut varier considérablement selon le type d’entreprise, mais cela pourrait inclure :
  1. Coûts initiaux fixes : comme les frais de constitution de l’entreprise, l’achat ou le dépôt de garantie pour le local, les équipements de démarrage, etc.
  2. Coûts opérationnels mensuels : tels que le loyer, les salaires, les services publics, les assurances, etc. Étant donné que les revenus peuvent être faibles ou inexistants au début, vous devrez peut-être couvrir ces coûts pendant plusieurs mois.
  • Ajoutez une marge de sécurité : il est prudent d’inclure une marge de sécurité pour couvrir les imprévus ou les erreurs d’estimation. Un bon point de départ pourrait être de 10 à 20 % de vos coûts totaux estimés.
  • Totalisez vos besoins financiers : additionnez tous ces coûts pour obtenir votre trésorerie de départ nécessaire. Cela représente la somme d’argent dont vous aurez besoin en main pour lancer votre entreprise jusqu’à ce qu’elle commence à générer suffisamment de revenus pour couvrir ses propres dépenses.

N’oubliez pas également de prendre en comptes vos ventes prévisionnelles ! Cela vous permettra d’avoir une vision encore plus précise de votre trésorerie de départ.

Calculer la trésorerie de début de mois

La trésorerie de début de mois représente le montant d’argent disponible dans l’entreprise au début du mois, avant toute opération financière réalisée durant ce mois. Voici les étapes pour la calculer :

  • Déterminez la trésorerie de fin du mois précédent : la trésorerie de début de mois est essentiellement la trésorerie qui était disponible à la fin du mois précédent. Pour cela, vous devez consulter votre relevé de clôture du mois précédent.
  • Ajustez avec les opérations non comptabilisées : parfois, certaines opérations effectuées en fin de mois ne sont pas immédiatement comptabilisées. Il peut s’agir de chèques émis, mais pas encore encaissés ou de paiements en attente. Assurez-vous d’ajuster votre trésorerie de fin du mois précédent avec ces opérations.
  • Prenez en compte les entrées et sorties prévues : si vous avez des entrées ou sorties d’argent certaines dès le premier jour du mois (par exemple, des paiements automatiques prévus), ajustez votre trésorerie en conséquence.
  • Calculez la trésorerie de début de mois : après avoir ajusté la trésorerie de fin du mois précédent avec les opérations non comptabilisées et les mouvements prévus dès le début du mois, vous obtenez la trésorerie de début de mois.

Gérer votre trésorerie efficacement est vital pour assurer la liquidité nécessaire au bon fonctionnement de votre entreprise, payer vos obligations à temps et planifier vos investissements futurs.

Financer la trésorerie de départ

Vous l’aurez compris, la trésorerie de départ est très importante pour la pérennité de votre entreprise. Il existe plusieurs solutions pour la financer.

Options de financement

Fonds propres

Les fonds propres représentent l’argent que les propriétaires ou les actionnaires investissent directement dans une entreprise. Investir des fonds propres dans une entreprise présente des avantages, tels que ne pas avoir à rembourser un prêt et ne pas payer d’intérêts. Cependant, cela signifie aussi que si l’entreprise échoue, les propriétaires peuvent perdre leur investissement. Les fonds propres peuvent provenir des économies personnelles, de la famille, des amis, ou de nouveaux investisseurs qui achètent des parts de l’entreprise.

Emprunt

L’emprunt est une autre manière de financer une entreprise, généralement sous forme de prêt bancaire ou de crédit. Cela implique de recevoir une somme d’argent qu’il faudra rembourser avec des intérêts sur une période déterminée. L’avantage de l’emprunt est qu’il permet à une entreprise d’accéder à des fonds sans diluer la propriété des actionnaires existants. Cependant, les entreprises doivent faire face à des paiements réguliers de remboursement, ce qui peut être difficile si les flux de trésorerie sont inconstants.

Subvention

Les subventions sont des sommes d’argent allouées par le gouvernement, des fondations ou certaines organisations à des entreprises. Elles sont souvent données pour encourager des activités bénéfiques pour la société ou l’économie, comme la recherche et le développement. Les subventions sont particulièrement attrayantes parce qu’elles ne nécessitent généralement pas de remboursement. Toutefois, elles peuvent être très compétitives et sont souvent accompagnées de conditions spécifiques sur la manière dont l’argent doit être dépensé.

Levée de fonds

La levée de fonds implique de recueillir des capitaux auprès d’un grand nombre d’investisseurs, souvent pour financer de nouvelles entreprises ou des projets de croissance. Cela peut se faire par le biais de la vente d’actions (equity crowdfunding), de la dette (debt crowdfunding), ou d’une combinaison des deux. La levée de fonds peut également inclure des rondes de financement impliquant des investisseurs providentiels, des capital-risqueurs, et d’autres types d’investisseurs institutionnels. Bien que potentiellement lucrative, la levée de fonds peut être complexe et coûteuse, nécessitant souvent l’élaboration de présentations détaillées (pitch decks), la négociation d’accords d’investissement, et la gestion des attentes des investisseurs.

Chacune de ces options de financement a ses propres avantages et inconvénients, et le choix dépendra de la situation spécifique de l’entreprise, de ses besoins financiers, de sa phase de développement, et de sa stratégie à long terme.

dessin d'un homme sur des pièces d'or après une levée de fonds pour sa trésorerie de départ

Déterminer la solution de financement appropriée à votre entreprise

Déterminer la solution de financement appropriée pour votre entreprise est une décision stratégique qui nécessite une réflexion approfondie et une planification minutieuse. Voici quelques étapes et considérations clés pour vous guider dans ce processus :

  1. Évaluer vos besoins financiers

Objectif du financement : Identifiez clairement pourquoi vous avez besoin de financement. Est-ce pour démarrer votre entreprise, pour financer une expansion, pour augmenter votre fonds de roulement, ou pour un autre objectif spécifique ?

Montant nécessaire : Déterminez combien d’argent vous avez besoin. Élaborez des projections financières pour estimer les coûts associés à votre objectif.

  1. Comprendre les options disponibles

Familiarisez-vous avec les différentes options de financement (fonds propres, emprunts, subventions, levée de fonds) et comprenez leurs avantages et inconvénients respectifs dans le contexte de votre entreprise.

  1. Analyser la situation de votre entreprise

Étape de développement : Les startups pourraient privilégier la levée de fonds ou les investissements en fonds propres, tandis que les entreprises établies pourraient avoir accès à des prêts à des conditions plus favorables.

Santé financière : Une bonne santé financière et un historique de crédit solide peuvent vous ouvrir les portes à des options de financement à coût réduit.

Capacité de remboursement : Évaluez votre flux de trésorerie pour déterminer votre capacité à rembourser les dettes.

Disponibilité des garanties : Pour certains types de prêts, des garanties peuvent être nécessaires.

  1. Considérer les implications à long terme

Dilution de la propriété : L’obtention de fonds propres peut diluer votre part dans l’entreprise. Évaluez si vous êtes à l’aise avec cette idée.

Obligations de remboursement : Les emprunts doivent être remboursés avec intérêt. Assurez-vous que votre entreprise peut gérer ces paiements réguliers.

Conditions des subventions : Les subventions peuvent venir avec des restrictions sur comment l’argent peut être dépensé.

Exemple de trésorerie de départ calculé

Après toute cette théorie, voici un peu de pratique.

Trésorerie de départ lors de la création d’entreprise

Voici comment calculer votre trésorerie de départ lors de la création d’entreprise.

  • Vos besoins financiers (investissements + charges d’exploitation)
  • Vos recettes prévisionnelles (ventes + subventions + aides + prêts d’honneur)

Ces sommes vous donneront une première indication sur l’argent dont vous avez besoin pour lancer votre entreprise. Mais attention, comme vu précédemment, nous vous recommandons d’y ajouter une marge de sécurité. Au cours des premiers mois, vous pouvez etre confronté aux imprévus et aux variations de trésoreire.

Trésorerie de départ avec développement de l’entreprise

Voici la formule :

Trésorerie de début de mois = Trésorerie de fin de mois précédent + Ajustement

Les ajustements incluent les opérations non comptabilisées en fin de mois précédent et les mouvements d’argent prévus (entrées et sorties) dès le premier jour du nouveau mois.

Les erreurs à éviter dans l’estimation d’une trésorerie initiale

L’estimation de la trésorerie initiale est une étape très très importante pour toute nouvelle entreprise ou pour un projet d’investissement. Voici quelques erreurs courantes à éviter pour assurer la justesse de cette estimation :

  • Sous-estimer les coûts initiaux : Il est fréquent que les entrepreneurs sous-estiment les coûts de démarrage. Il est important de faire une liste exhaustive de tous les coûts initiaux, y compris les frais de licences, d’achats d’équipements, les dépôts de garantie, etc.
  • Oublier les coûts cachés : Certains coûts peuvent être moins évidents, comme les assurances, les frais de conseil, ou les coûts de formation. Ne pas les inclure peut mener à une sous-évaluation significative de la trésorerie nécessaire.
  • Négliger le fonds de roulement : Le fonds de roulement est essentiel pour couvrir les dépenses opérationnelles jusqu’à ce que l’entreprise commence à générer des revenus. Ignorer cette réserve peut conduire à des problèmes de liquidité à court terme.
  • Surévaluer les entrées de trésorerie initiales : Être trop optimiste concernant la vitesse à laquelle l’entreprise générera des ventes et des entrées d’argent peut être dangereux. Il est sage de prévoir conservativement les revenus, surtout au début.
  • Ignorer les délais de paiement : Les entreprises doivent souvent attendre 30, 60, voire 90 jours pour recevoir le paiement de leurs clients, tout en devant payer leurs fournisseurs et employés. Ne pas tenir compte de ces délais peut affecter gravement la trésorerie.
  • Ne pas prévoir de marge de sécurité : Les imprévus surviennent toujours. Avoir une marge de sécurité financière peut aider l’entreprise à survivre en cas de difficultés imprévues, sans avoir à recourir immédiatement à des financements externes.
  • Ne pas revoir régulièrement l’estimation : L’environnement d’affaires change, tout comme les coûts et les prévisions de revenus. Ne pas mettre à jour l’estimation de la trésorerie initiale peut mener à des écarts significatifs entre les prévisions et la réalité.

Vous l’aurez compris, l’importance de la trésorerie de départ dans le lancement d’une entreprise ne peut être sous-estimée. En adoptant une approche méthodique pour la calculer et la financer, vous vous assurez une meilleure maîtrise sur les défis financiers à venir.  

L’adoption d’outils spécialisés, tels que le gestionnaire de trésorerie de Karlia, offre aux entreprises une vision claire et précise de leur situation financière, facilitant ainsi la prise de décisions !