Gestion de trésorerie : Comprendre et Optimiser

By Théo

La gestion de la trésorerie est l’un des piliers de toute entreprise. Sans une bonne gestion de celle-ci, plusieurs problèmes surviendront vite et la chute de la société peut être très rapide.

À l’inverse, une bonne gestion de trésorerie c’est potentiellement des gains et de nombreux avantages

Pour ces raisons, il est important de comprendre cette notion afin de faire les choix les plus judicieux. Heureusement, des outils existent également pour vous accompagner vers une gestion simple et optimale des liquidités disponibles !

Comprendre la Gestion de trésorerie

La Gestion de trésorerie : Définition

La gestion de trésorerie, c’est la supervision et la planification des liquidités de l’entreprise. Ces liquidités peuvent être présentes en banque ou en caisse. Une bonne gestion de trésorerie a pour but d’assurer que l’entreprise dispose des liquidités nécessaires pour couvrir ses dépenses courantes et ses obligations financières.

Différence entre Gestion de trésorerie et gestion financière

La gestion de trésorerie et la gestion financière sont deux aspects importants de la finance d’entreprise, mais elles se concentrent sur des domaines différents.

Gestion de trésorerie :

  • Elle se concentre sur la gestion des liquidités d’une entreprise pour assurer qu’elle a toujours assez de fonds pour ses opérations quotidiennes.
  • Elle implique la gestion des encaissements et des décaissements, la gestion des soldes bancaires, et l’optimisation du fonds de roulement.
  • L’objectif principal est de maintenir la liquidité et de minimiser le risque de manque de fonds.
  • Cela comprend des activités comme la gestion des comptes clients et fournisseurs, la prévision de flux de trésorerie, et la gestion des relations bancaires.

Gestion financière :

  • Elle a un champ d’application plus large et s’occupe de la planification, de l’organisation, de la direction et du contrôle des activités financières de l’entreprise.
  • Elle inclut la prise de décisions concernant les investissements à long terme, le financement et la distribution des bénéfices (dividendes).
  • L’objectif est de maximiser la valeur pour les actionnaires en gérant les risques et en optimisant la structure du capital.
  • Cela implique l’analyse des opportunités d’investissement, la gestion des risques financiers, la planification fiscale, et la budgétisation.

En résumé, la gestion de trésorerie est plus axée sur les aspects à court terme et opérationnels de la finance, tels que la gestion des liquidités et le fonds de roulement.

Tandis que la gestion financière couvre une gamme plus large de décisions financières stratégiques, y compris les investissements, le financement et la rentabilité à long terme.

gestion financière definition

Les Indicateurs clés de la gestion de trésorerie

Quand on parle “gestion de trésorerie”, certains termes reviennent souvent. Voici les 5 principaux à maîtriser :

  • Le BFR (Besoin en Fonds de Roulement) : Cet indicateur mesure la différence entre le fonds de roulement (les ressources nécessaires pour financer l’activité) et le besoin en fonds de roulement. Un BFR négatif indique une trésorerie saine, tandis qu’un BFR positif nécessite des solutions de financement pour faire face à des échéances à court terme. Travailler sur la réduction du BFR peut améliorer la trésorerie de l’entreprise.
  • Les créances clients : Il est essentiel de réduire les créances clients pour une gestion efficace de la trésorerie. Cela implique d’établir immédiatement des factures à chaque commande, de spécifier les escomptes accordés, de suivre les délais de paiement, et de réagir rapidement en cas de non-paiement ou de paiements échelonnés.
  • Les dettes aux fournisseurs : La gestion de vos engagements est très importante. Pour optimiser votre trésorerie, vous avez plusieurs possibilités :
    • le bénéfice d’escomptes en payant rapidement,
    • l’obtention de remises pour des paiements dans des délais spécifiques,
    • le paiement anticipé en cas de trésorerie positive,
    • la négociation d’allongement des délais de règlement en cas de difficultés.
  • La solvabilité des clients : Avant de faire affaire avec un nouveau client, il est important de se renseigner sur sa capacité à honorer ses dettes. Comprendre la provenance des fonds de l’entreprise cliente est essentiel. Souscrire à une assurance-crédit peut également protéger contre les retards de paiement et les impayés.
  • Les coûts de crédit et d’investissement : Surveiller les possibilités de crédit offertes par la banque, vérifier les pénalités en cas de difficultés, et observer attentivement les coûts des investissements sont des éléments clés. Des coûts imprévus ou des rentrées d’argent soudaines peuvent impacter la trésorerie, et une gestion attentive est nécessaire pour éviter des conséquences fatales en cas de variations du chiffre.

Maintenant que nous avons bien compris ce qu’était la gestion de trésorerie, nous devons comprendre quel est son fonctionnement.

Comment fonctionne la trésorerie d’une entreprise ?

La gestion efficace de la trésorerie est nécessaire pour la santé financière et la pérennité de l’entreprise. Mais comment fonctionne-t-elle ?

Entrées et sorties de trésoreries

Les entrées de trésorerie sont principalement issues des ventes de biens ou de services, des retours sur investissements, et des apports financiers extérieurs comme les emprunts ou les subventions.

En revanche, les sorties de trésorerie comprennent les dépenses opérationnelles telles que les salaires, les achats de matières premières, les paiements des fournisseurs, ainsi que les remboursements de dettes et les investissements. Une gestion équilibrée entre ces entrées et sorties est vitale pour assurer la liquidité et la solvabilité de l’entreprise.

Le Besoin de fond de roulement

Comme vu précédemment, le besoin en fonds de roulement (BFR) est un indicateur clé de la gestion de trésorerie. Il représente les ressources financières nécessaires pour couvrir les décalages de temps entre les dépenses courantes de l’entreprise et les recettes générées par son activité. Un BFR bien géré permet de minimiser les besoins de financement externe et d’optimiser les flux de trésorerie.

Les objectifs d’une bonne gestion de trésorerie

Les objectifs d’une bonne gestion de trésorerie incluent :

  • le maintien d’un niveau de liquidité adéquat
  • la minimisation des risques financiers
  • l’optimisation des coûts de financement
  • l’amélioration de la rentabilité.

Une trésorerie bien gérée permet à l’entreprise de faire face aux imprévus, de saisir des opportunités d’investissement, et de soutenir une croissance durable.

Maintenant que nous avons vu quels sont les objectifs de la gestion de la trésorerie, la question est : comment les atteindre ?

les objectifs de la gestion financière

Comment optimiser sa gestion de trésorerie ?

Établir un plan de trésorerie et des prévisions précises

La première étape pour une optimisation efficace est d’établir un plan de trésorerie.
C’est un outil essentiel pour prévoir et gérer les flux de liquidités d’une entreprise. Il permet de visualiser les entrées et les sorties d’argent à court et moyen terme, et d’identifier les périodes où l’entreprise pourrait faire face à des surplus ou des déficits de trésorerie.

Pour que ce plan de trésorerie soit efficace, vous devez établir des prévisions précises.
Elles comprennent généralement des prévisions de ventes, des prévisions d’achats, des prévisions de coûts fixes, et des prévisions de mouvements de trésorerie exceptionnels. Il est important de prendre en compte les saisons et les tendances du marché pour rendre ces prévisions plus fiables.

Par exemple, si vous gérez un magasin de jouets, il est évident que la période de Noël et donc les prévisions seront différentes du reste de l’année.

Si vous souhaitez optimiser votre gestion de trésorerie, vous pouvez être intéressé par nos conseils et nos modèles de plan de trésorerie.

Optimiser les délais de paiement et de recouvrement

Optimiser la gestion de la trésorerie en jouant sur les délais de paiement et de recouvrement est une stratégie clé en gestion financière. Voici comment cela peut être mis en œuvre :

  1. Gestion des Délais de Paiement (Créditeurs)

La Gestion des délais de paiement concerne la manière dont une entreprise gère ses obligations de paiement envers ses fournisseurs et autres parties à qui elle doit de l’argent. Elle permet d’optimiser les flux de sortie de trésorerie tout en maintenant de bonnes relations avec les fournisseurs

a) Négociation des conditions de paiement :

La négociation des conditions de paiement est un processus où deux parties (généralement un acheteur et un vendeur) discutent et conviennent des termes sous lesquels les paiements seront effectués pour des biens ou des services. Voici comment y arriver :

  • Renégocier avec les fournisseurs : Prolonger les délais de paiement avec les fournisseurs sans pénalités ou frais supplémentaires. Cela implique une négociation basée sur la confiance et les relations d’affaires.
  • Profiter des réductions pour paiement anticipé : Dans certains cas, payer tôt peut être avantageux si le fournisseur offre des réductions significatives.

b) Planification des paiements :

La planification des paiements fait référence à la conception, à la gestion et à l’organisation d’un calendrier ou d’un programme pour effectuer des paiements réguliers ou ponctuels. Pour cela, vous pouvez planifier les paiements de façon à aligner les sorties de trésorerie avec les entrées. Cela peut aider à éviter les déficits de trésorerie.

Délai paiement gestion trésorerie
  1. Optimisation des Délais de Recouvrement (Débiteurs)

L’optimisation des délais de recouvrement fait référence à l’amélioration et à l’efficacité du processus par lequel une entreprise recouvre les sommes qui lui sont dues par ses clients ou débiteurs. Il s’agit de réduire le temps nécessaire pour récupérer les créances impayées, ce qui peut contribuer à améliorer la trésorerie de l’entreprise.
Voici des solutions pour vous aider.

a) Politique de Crédit Efficace :

La politique de crédit efficace se réfère à un ensemble de directives, de règles et de procédures mises en place par une entreprise pour gérer et contrôler les extensions de crédit aux clients. Pour ça vous pouvez mettre en place :

  • Une évaluation du crédit client : Effectuer une analyse rigoureuse de la solvabilité des clients pour minimiser les risques de non-paiement.
  • Des termes de paiement clairement définis : Mettre en place des conditions de paiement claires et cohérentes pour tous les clients.

b) Accélération des Encaissements :

L’accélération des encaissements fait référence aux solutions mises en place pour accélérer la réception des paiements de ses clients. Cela implique de raccourcir les délais entre la fourniture de biens ou services et la réception des paiements correspondants. Voici quelques stratégies à mettre en place :

  • Facturation prompte : Envoyer les factures immédiatement après la livraison des biens ou services.
  • Relances préventives : Mettre en place un système de relance avant l’échéance des paiements pour rappeler aux clients leurs obligations.
  • Incitations au paiement rapide : Offrir des remises ou des avantages pour les paiements anticipés.

c) Gestion des Retards de Paiement :

La gestion des retards de paiement permet de faire face aux retards de règlement de ses clients. Lorsque des clients ne respectent pas les délais de paiement convenus, cela peut avoir un impact négatif sur la trésorerie et la stabilité financière de l’entreprise. La gestion des retards de paiement vise à minimiser ces conséquences en mettant en place des mesures pour récupérer les paiements en retard de manière efficace. Pour cela, voici deux conseils à mettre en place :

  • Suivi rigoureux : Suivre de près les comptes clients pour identifier rapidement les retards de paiement.
  • Actions de recouvrement : Mettre en place des procédures de recouvrement efficaces pour les créances en souffrance.

Envisager des placements liquides et rentables pour votre trésorerie excédentaire

Les placements liquides permettent de convertir rapidement les investissements en espèces sans perte significative de valeur.

Avant d’envisager des placements, vous devez déterminer le montant de la trésorerie excédentaire disponible. Cela implique une analyse minutieuse des flux de trésorerie pour s’assurer que les fonds investis ne seront pas nécessaires pour les opérations courantes ou pour répondre à des engagements à court terme.

Ensuite, vous devez définir vos objectifs en matière de placement. Notamment en termes de liquidité, de rendement et de risque. Un équilibre doit être trouvé entre le désir de générer des rendements élevés et la nécessité de maintenir une certaine liquidité et de minimiser les risques.

Il existe différents types de placement liquide. Parmi les options, on trouve les comptes d’épargne d’entreprise, les fonds du marché monétaire, les certificats de dépôt (CD) et les obligations d’État à court terme. Ces instruments offrent généralement une liquidité élevée avec un risque relativement faible.

Pour minimiser les risques, il est conseillé de diversifier les placements. Cela signifie répartir les investissements entre différents types d’actifs et de marchés pour réduire l’impact négatif potentiel d’une mauvaise performance dans un secteur spécifique.

Pour vous aider à optimiser votre gestion de trésorerie, il existe également des outils dédiés. Mais quels outils choisir ?

outils gestion trésorerie

Les outils de gestion de trésorerie

La gestion de trésorerie n’est pas une mince affaire. Pour vous aider, vous pouvez vous accompagner d’outils spécifiques.

Les ERPs (Enterprise Resource Planning)

Un ERP, ou Enterprise Resource Planning (Planification des Ressources de l’Entreprise), est un système informatique intégré utilisé par les entreprises pour gérer et automatiser de nombreux processus d’affaires liés aux opérations et aux ressources humaines.

L’objectif principal d’un ERP est de faciliter le flux d’informations entre toutes les fonctions d’affaires au sein de l’organisation et de gérer les connexions vers les parties extérieures.

Voici les fonctions principales d’un ERP :

  • Intégration des processus d’affaires : Un ERP intègre divers départements et fonctions d’une entreprise en un seul système pour améliorer l’efficacité et la prise de décision. Par exemple, il peut connecter la comptabilité, les achats, la gestion des ressources humaines, la gestion de la chaîne d’approvisionnement, les services client, et plus encore.
  • Automatisation des tâches : Il automatise les tâches répétitives telles que la saisie des données, permettant ainsi aux employés de se concentrer sur des tâches plus stratégiques.
  • Flux de données en temps réel : Un ERP fournit un accès en temps réel aux données, ce qui est essentiel pour la prise de décision rapide et éclairée.
  • Amélioration de la communication et de la collaboration : En centralisant les données, un ERP facilite la communication et la collaboration entre les différents départements.
  • Rapport et analyse : Les systèmes ERP offrent des capacités avancées de reporting et d’analyse, permettant aux entreprises de suivre les performances et d’identifier les tendances et les problèmes potentiels.
  • Conformité et traçabilité : Ils aident les entreprises à respecter les réglementations en fournissant des outils pour suivre et documenter la conformité.

Les logiciels ERP sont des solutions complètes comprenant des modules de gestion de trésorerie. Cependant, ce sont souvent des logiciels trop ambitieux pour les besoins des entreprises.

Les logiciels de gestion de trésorerie dédiés

Un logiciel de gestion de trésorerie dédié est un outil informatique conçu spécifiquement pour aider les entreprises à gérer, suivre et analyser leurs flux de trésorerie. Ces logiciels sont essentiels pour une gestion financière efficace, offrant une visibilité complète sur les finances et permettant de prendre des décisions éclairées.

Voici quelques aspects clés de ces logiciels :

  • Automatisation des processus : Les logiciels de gestion de trésorerie automatisent des tâches répétitives comme la saisie des données, le rapprochement bancaire, et la gestion des paiements et des encaissements. Cette automatisation réduit les erreurs humaines et libère du temps pour des tâches à plus forte valeur ajoutée.
  • Suivi en temps réel : Ils offrent un suivi en temps réel des positions de trésorerie, permettant aux gestionnaires de connaître instantanément les liquidités disponibles. Cette capacité est nécessaire pour réagir rapidement aux changements dans l’environnement financier.
  • Prévision et planification : Un aspect important de ces logiciels est leur capacité à aider à la prévision de trésorerie. Ils peuvent analyser les tendances historiques et les données actuelles pour prédire les besoins futurs en liquidités, aidant ainsi à planifier des investissements ou à prévenir les problèmes de liquidité.
  • Gestion des risques : Ces outils aident à identifier et à gérer les risques financiers, comme le risque de taux d’intérêt, le risque de change, ou le risque de crédit. Ils peuvent intégrer des fonctionnalités de couverture et proposer des stratégies pour minimiser ces risques.
  • Intégration et compatibilité : Ils s’intègrent souvent avec d’autres systèmes de gestion financière, comme les ERP (Enterprise Resource Planning) ou les systèmes comptables, permettant un flux d’informations fluide et une vue d’ensemble cohérente des finances de l’entreprise.
  • Reporting et analyse : Les logiciels de gestion de trésorerie fournissent des rapports détaillés et des analyses approfondies, permettant aux gestionnaires de comprendre les performances financières de l’entreprise, d’identifier les tendances et de prendre des décisions stratégiques éclairées.
  • Sécurité : Étant donné qu’ils traitent des informations financières sensibles, ces logiciels sont généralement dotés de fonctionnalités de sécurité robustes pour protéger contre les fraudes, les erreurs et les cyberattaques.

Le logiciel de gestion de trésorerie Karlia est un outil français qui réunit et propose des fonctionnalités de gestion de trésorerie. Voici un aperçu des caractéristiques principales de Karlia en tant qu’outil de gestion de trésorerie :

  • Connexion bancaire sécurisée et rapprochement simplifié
  • Gestion des multidevises
  • Suivi en temps réel de la trésorerie
  • Balance de TVA et rapports de gestion
  • Statistiques avancées
  • Interface personnalisable

En plus de ses fonctionnalités dédiées à la gestion de trésorerie, Karlia offre un ensemble complet d’outils CRM, de facturation, de gestion de projets et de support client, le tout dans une interface simple et intuitive. Il est intéressant de noter que Karlia est particulièrement apprécié pour sa facilité d’utilisation, son interface personnalisable, et son support client réactif.

Solution de paiements automatisés et autres outils

Les outils de gestion de paiements

Un outil de gestion de paiements est un système logiciel conçu pour aider les entreprises à gérer et à automatiser leurs processus de paiement.

Ils offrent généralement une variété de fonctionnalités pour simplifier, sécuriser et optimiser les transactions financières. Voici quelques caractéristiques clés des outils de gestion de paiements :

  • Automatisation des factures et des paiements : Ces systèmes permettent de numériser et d’automatiser le traitement des factures entrantes et sortantes, réduisant ainsi le temps et les erreurs liés au traitement manuel.
  • Gestion des flux de trésorerie : Ils offrent une visibilité en temps réel sur les flux de trésorerie, permettant aux entreprises de mieux planifier et gérer leurs finances.
  • Intégration comptable : Ces outils s’intègrent souvent avec les logiciels de comptabilité pour une synchronisation et une mise à jour automatisée des données financières.
  • Sécurité et conformité : Ils incluent des fonctionnalités de sécurité avancées pour protéger contre la fraude et garantir la conformité avec les réglementations financières.
  • Gestion des relations fournisseurs : Certains outils permettent de gérer les informations des fournisseurs, de suivre les échéances de paiement et de négocier des conditions de paiement.

Les outils et plateforme d’investissements

Lorsqu’une entreprise dispose d’une trésorerie excédentaire, investir cet excédent peut être un moyen efficace de générer des rendements supplémentaires. Les outils et plateformes d’investissement apparaissent donc comme une solution intéressante. Ils facilitent l’achat, la vente et la gestion des investissements financiers.

Ces plateformes offrent un accès à un large éventail d’investissements tels que :

  • les marchés boursiers : ils permettent d’investir dans des actions de sociétés cotées et permettent des rendements élevés.
  • les fonds mutuels : ils permettent d’investir dans un portefeuille diversifié géré par des professionnels. Ils réduisent le fardeau de la gestion active pour l’investisseur
  • les produits monétaires : ils offrent une option à faible risque et donc avec des
    rendements plus faibles. Ils sont souvent privilégiés pour la préservation du capital.

Attention tout de même à bien définir vos objectifs en amont ! Pour cela, vous devez réaliser une évaluation :

  • du profil de risque,
  • de la durée de l’investissement
  • et des objectifs financiers.

En connaissant les différents types d’investissement et leurs risques associés, vous êtes en mesure de contrôler votre trésorerie excédentaire.

Finalement, pour garantir une bonne gestion de la trésorerie, il est important de comprendre les besoins et objectifs de son entreprise. De nombreux outils existent aujourd’hui pour vous accompagner et vous simplifier la tâche !